Lycée des Métiers Gustave EIFFEL
Site de l'académie de Créteil

Accueil > Projets pédagogiques > Voyages et sorties pédagogiques > Année 2013/2014 > « N’oublie pas » ceux qui partirent …

« N’oublie pas » ceux qui partirent …

lundi 5 mai 2014 par CDI

28 avril 2014, le club N’oublie pas, une conférencière extraordinaire, une ancienne gare, des rails, beaucoup de rails et tant de destinations possibles.

Mais ici une seule … la Pologne, Auschwitz, à partir de la rafle du billet vert.

Des Juifs, des hommes d’abord puis des familles entières, des femmes et des enfants, raflés, parqués avant d’être envoyés, par train entier, à l’Est pour y être exterminés, anéantis.
Nous marchons au cœur de cette antichambre de la mort qui a disparu aujourd’hui et qui se situait non loin de la sucrerie et du silo à grain de Pithiviers, dans le Loiret. Nous essayons de reconstruire le camp grâce aux photographies présentées par notre guide. C’est difficile car il ne reste aujourd’hui aucune trace de leur souffrance, des jardins, des pavillons, des jeux d’enfants ont remplacé le camp, les baraquements.
Notre conférencière s’attache à nous faire vivre, en évoquant quelques destins individuels, le quotidien des déportés mal nourris, logés misérablement mais qui gardaient espoir ... Elle nous parle de liens tissés avec la population locale, de l’aide apportée mais aussi du camp qui, au fil du temps, se ferme de plus en plus et où la vie devient de plus en plus dure jusqu’au départ …

Un monument, des stèles où sont inscrits les noms, prénoms mais aussi les âges de ceux qui sont définitivement partis rappellent encore aux passants ce qui s’est joué jusqu’en 1943.
Les membres du club sont tous troublés, bouleversés par la jeunesse des victimes : 17 ans, 10 ans, 4 ans voire même des bébés de quelques mois. Folies, inhumanités, monstruosités d’un système meurtrier où Allemands et Français collaborèrent.
Puis, nous nous rendons au Mémorial des enfants du Vel d’Hiv d’Orléans où nous pénétrons dans une salle où nous découvrons pour quelques uns d’entre eux les visages de ceux dont on n’avait lu le nom, le prénom et l’âge. Ils sont souriants, innocents, plein de vie et d’espoir. Et, pourtant, …
Nous sommes émus, déstabilisés, car nous ne comprenons que trop bien ce qu’il leur est arrivé. Nous nous regardons, nos visages sont fermés. Nous savons.

Nous aimerions tous remercier le CERCIL pour la qualité de son accueil et pour son soutien dans notre projet.

Portfolio


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée des Métiers Gustave EIFFEL (académie de Créteil)